Aide en allemand

Aide en allemand

Zwei Leben - D'une vie à l'autre (Lieux et formes du pouvoir)

D'une vie à l'autre

Un film de Georg Maas, dans les cinémas en France à partir du 7 mai

Europe 1990, le mur de Berlin est tombé.  Katrine a grandi en Allemagne de l’Est, et vit en Norvège depuis 20 ans. Elle est le fruit d’une relation entre une norvégienne et un soldat allemand pendant la Seconde Guerre Mondiale. A sa naissance, elle a été placée dans un orphelinat réservé aux enfants aryens. Elle parvient à s’échapper de la RDA des années plus tard pour rejoindre sa mère. Mais, quand un avocat lui demande de témoigner dans un procès contre l’Etat norvégien au nom de ces «enfants de la honte», curieusement, elle refuse.  Progressivement de lourds secrets refont surface, dévoilant le rôle de la STASI, les services secrets de la RDA, dans le destin de ces enfants. Pour elle et ses proches, quel est le plus important ? la vie qu’ils ont construite ensemble, ou le mensonge sur lequel elle repose ?

Dossier pédagogique (Zéro de conduite)

Zwei Leben.jpg

Matériel en allemand

Le site du film en allemand

"Zwei Leben" (Bande d'annonce sous-titré en français) 

Katrine (Juliane Köhler) lebt mit ihrer Familie ein glückliches Leben in Norwegen. Doch mit dem Fall der Mauer wird sie von ihrer Vergangenheit eingeholt: Als Tochter einer Norwegerin und eines deutschen Soldaten wurde sie als Kind nach Deutschland verschleppt. Mit Mitte 20 floh sie aus der DDR nach Norwegen, um ihre leibliche Mutter (Liv Ullmann) zu finden.

 Als ein deutscher Anwalt (Ken Duken) das schwerwiegende Verbrechen des Nazi-Regimes aufklären will, braucht er hierfür die Aussagen von Katrine und ihrer Mutter. Doch je mehr Katrine von ihrer Vergangenheit preisgibt, umso tiefer verstrickt sie sich in ein Netz aus Widersprüchen, Lügen und Verrat. Noch ahnt niemand, dass Katrine ein folgenreiches Geheimnis hütet. Wer ist sie wirklich?

 

Buchempfehlung : Kind unbekannter Herkunft von Otto DOLLINGER

Enfant du « Lebensborn » : Otto (Hannes) DOLLINGER

Le but de cette société était de donner aux filles mères "racialement valables" la possibilité d'accoucher, en cachette de leurs parents, et d'abandonner, si elles le désiraient, leur enfant à la SS qui en assurerait la charge puis l'adoption. Outre la reproduction de la race aryenne, le Lebensborn se charge aussi de la germanisation des enfants arrachés à leurs parents en Norvège, en Pologne et en Tchécoslovaquie. Ainsi, plus de 200 000 enfants seront emmenés en Allemagne et confiés à des familles allemandes sélectionnées. Le pouvoir alors en place a décidé d'élargir son recrutement en allant, par la suite, prélever des enfants dans des pays conquis (Pologne) où certains enfants dits racialement valables (2 millions enfants enlevés à leurs parents polonais) ont été littéralement kidnappés pour être germanisés. Un cinquième seulement de ces enfants seront retrouvés et rendus à leurs véritables parents.



02/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres